La crise de l’Europe et les conditions de son renouveau

Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More

Mars 2016 | Points clés 14 


La crise de l’Europe est un puissant révélateur. Le Vieux Continent est l’arène d’un combat entre pouvoir fédératif et nationalisme, et la victoire des forces de dislocation serait celle du chaos. En toile de fond, le nihilisme des sociétés post-modernes. Il n’y aura pas de Commonwill européen sans un axe franco-allemand, au cœur d’une Union à géométrie variable. L’objectif à terme doit être d’assumer des responsabilités dans l’environnement géopolitique de l’Europe.

Le Vieux Continent ne doit plus être le « ventre mou de l’Occident ». L’illusion d’un chaos borné en Syrie, sans conséquences pour nos sociétés, la puissance des nouvelles vagues migratoires, le débordement des autorités instituées et le primat du « chacun pour soi » au sein de l’Union européenne sont à l’origine d’une crise d’ensemble dont la gravité ne saurait être exagérée. Les derniers attentats terroristes à Bruxelles, au cœur politique de l’Union européenne, en donnent la mesure. Humanitaires et « docteurs Tant-Mieux » ont voulu voir dans les flux humains au départ du Grand Moyen-Orient l’assomption de l’Europe, posée en vecteur d’un futur État-monde au sein duquel toutes les contradictions se résorberaient. Il n’en est rien.

Malheureusement, la colère contre le mensonge et le ressentiment génère d’autres forgeries et illusions : la quête d’un homme providentiel et l’absolutisation de l’État-nation, le protectionnisme commercial et le retrait du monde, l’éloge de tyrans et de dictateurs supposés garantir la sécurité des sociétés post-modernes. L’Europe est le lieu d’un affrontement entre pouvoir fédératif et nationalisme, et la victoire des forces de dislocation serait celle de l’anarchie. Aussi faut-il dépasser l’actuel état de somnambulisme, lutter contre l’entropie et relever l’Europe.