Péril sur l’électricité belge

Découvrez le nouveau livre de Jean-Pierre Schaeken Willemaers, président du Pôle énergie, climat, environnement de l’Institut Thomas More, aux éditions Texquis

          

Avril 2018


Dans son nouveau livre, Jean-Pierre Schaeken Willemaers analyse les choix énergétiques cruciaux que la Belgique va devoir faire. Pour lui, tout reformatage du système électrique belge impliquant la sortie totale du nucléaire d’ici à 2025, rendrait inéluctable, s’il était exécuté : une capacité thermique nettement plus élevée et donc une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) ce qui est contraire à la politique bas carbone ; un accroissement important des importations d’électricité avec tous les aléas qui en résultent (dépendance de pays tiers, incohérence d’importer de l’électricité nucléaire de France et thermique – charbon et lignite – d’Allemagne) ; un fort gonflement de la facture d’électricité du consommateur final en raison, entre autres, du coût des nouvelles centrales au gaz (investissement et rémunération de capacité) et des surcoûts directs (subventions et autres primes) et indirects (renforcement et restructuration des réseaux électriques, stockage de l’électricité, etc.) associés à la pénétration élevée du renouvelable intermittent (éolien et photovoltaïque).

 

Acheter le livreamazon