Migrants : l’extrême droite peut-elle imposer son agenda à l’Union européenne ?

Jean-Thomas Lesueur, délégué général de l’Institut Thomas More

          

4 juin 2018


Au lendemain du naufrage de 48 migrants au large de Sfax, le nouveau ministre de l’Intérieur italien a déclaré : « Le bon temps pour les clandestins est fini : préparez-vous à faire les valises ». Matteo Salvini est attendu mardi 5 juin au Luxembourg aux côtés des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne. Au centre des discussions : la révision de l’accord de Dublin. Alors que l’extrême-droite a gagné l’Autriche, la Hongrie, et désormais l’Italie, peut-elle imposer son agenda à l’Union européenne ? Pour en discuter, Jean-Thomas Lesueur, délégué général de l’Institut Thomas More, Anaïs Voy-Gillis, fondatrice de l’Observatoire Européen des Extrêmes, et Yann Manzi, fondateur de l’association Utopia 56, étaient les invités de l’émission 28 minutes sur Arte, le lundi 4 juin 2018.