Accord sur les investissements : l’UE risque de devenir le laboratoire de la sino-mondialisation

Laurent Amelot, chercheur associé à l’Institut Thomas More

30 décembre 2020 • Opinion •


Après sept années de laborieuses négociations et quelques avancées de dernières minutes côté chinois, l’Union européenne et la République populaire de Chine semblent prêts à signer un accord sur les investissements. Les deux parties semblent confiantes. L’accord pourrait être conclu avant la fin de l’année 2020. Un beau cadeau de Noel pour Angela Merkel, qui verrait la présidence tournante allemande de l’Union se solder sur une note positive, diplomatiquement du moins.

Cet accord, pourtant, est loin d’être satisfaisant pour l’Union européenne et ses États membres. Il laisse de nombreux thèmes hors champs et interroge sur la réalité d’une réciprocité entre acteurs économiques chinois et européens. En effet, les subventions aux entreprises, le respect de la propriété intellectuelle, les transferts de technologie, les appels d’offre à l’occasion de marchés publics, le règlement des différends commerciaux ou le droit du travail sont autant de sujets qui demandent clarification.

A l’inverse, pour l’État-parti chinois, la signature d’un tel accord serait synonyme d’une victoire diplomatique plus que symbolique. D’une part, elle laisserait supposer que Bruxelles donne un blanc-seing à Pékin pour conduire sa politique répressive à l’encontre des Tibétains, des Ouighours et, plus globalement, de tous les opposants au PCC, sa politique agressive envers Hong Kong et Taïwan, mais aussi l’Inde et dans les mers de Chine, ou encore contre tout pays qui lui opposerait résistance. D’autre part, elle confirmerait les grands axes de la manœuvre diplomatique chinoise : concéder à la marge, mais ne rien céder sur l’essentiel ; créer une brèche dans la solidarité du camp adverse pour négocier en position favorable avec les différentes parties impliquées.

Si, du côté de l’Union européenne, cet accord s’inscrit dans le cadre des relations globales qu’elle souhaite construire avec la Chine, à Pékin, il s’insère plutôt dans celui de la nouvelle stratégie à quinze ans, dévoilée fin octobre 2020, lors de la cinquième session plénière du dix-neuvième Comité central du PCC, marquée par une révision complète du modèle de développement chinois. En effet, dans un contexte international jugé défavorable et marqué par une volonté américaine, voire occidentale, de « désiniser » leurs chaînes de production, la Chine populaire s’inscrit dans une logique de « guerre prolongée » et adopte une posture d’« autarcie autarcique », qui se traduit par le développement d’une économie à double circulation dans laquelle la réorientation de l’économie vers l’intérieur et l’autosuffisance sont les maître-mots. Dès lors, si la demande intérieure est suscitée, la sécurité des chaînes d’approvisionnement et l’autonomie technologique sont érigées en priorités nationales. Les IDE seront encouragés dans l’unique but de favoriser la croissance intérieure chinoise, un créneau étroit si l’on considère que le consommateur chinois, empreint d’un patriotisme dirigé, privilégiera les produits nationaux à ceux en provenance de l’étranger, qu’il y ait ou non des barrières tarifaires.

L’Union européenne, en réponse aux impératifs évoqués ci-dessus, pourrait ainsi voir le marché chinois tout naturellement se refermer et son propre marché intérieur devenir un véritable terrain de chasse pour une Chine prédatrice, mobilisant sa puissance financière pour soutenir ses entreprises dans leurs opérations de « sauvetage » ou d’acquisition de sociétés ciblées pour leur savoir-faire technologique, mais fragilisées par un contexte économique défavorable.

Face à cette perspective, l’Union européenne et ses États-membres doivent conserver à l’esprit que l’État-parti chinois est un rival stratégique et, pour réaffirmer leur indépendance, devront renforcer leur dispositif de surveillance, de suivi et de contrôle des IDE (investissements directs à l’étranger), en développant une véritable vision à long terme centrée sur la souveraineté économique, la protection du patrimoine et la sécurité nationale, dans une logique de ré-industrialisation progressive. A défaut, l’Union européenne pouvait devenir le laboratoire occidental de la sino-mondialisation.