Brexit : quelles conséquences pour la puissance britannique ?

Pierre-Alain Coffinier, chercheur associé à l’Institut Thomas More, ancien Consul général de France à Edimbourg

Rapport 16 | Avril 2018

                                                                                                                                                                                                     


La crise qui l’oppose à la Russie est le premier défi lancé à la puissance du Royaume-Uni dans le Brexit. Mais si ses alliés ont fait immédiatement bloc avec lui, en sera-t-il toujours ainsi ? Plus que jamais en ce printemps 2018, les conséquences du Brexit sur la position du Royaume-Uni dans le monde posent question.

Pour Theresa May et son ministre des affaires étrangères, le Brexit fera du Royaume-Uni « a Global Britain », un pays plus mondialisé. Dans un rapport du mois de mars, le Foreign and Commonwealth Office estime que « même si nous allons perdre quelques-uns des avantages du multiplicateur de puissance de notre adhésion à l’Union européenne, nous allons gagner en souplesse et en agilité à réagir. Globalement notre capacité diplomatique nous permettra de rester, comme maintenant, l’un des principaux acteurs mondiaux ». Le parlement est sceptique. La chambre des Lords et celle des Communes interrogent le gouvernement sur ce qu’il entend par « Global Britain », comme si le pays n’avait pas été le champion de la mondialisation depuis longtemps avec son expansion coloniale. Elles craignent qu’il ne s’agisse – à l’instar de nombre de discours gouvernementaux – que d’un « exercice superficiel d’affichage », susceptible « de porter préjudice aux intérêts britanniques en érodant le soutien intérieur pour une ambition internationale ». Qu’en est-il ?

Membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, puissance nucléaire, l’un des trois « grands » de l’Union européenne, le Royaume-Uni joue sur la scène mondiale du vingt-et-unième siècle bien au-dessus de sa catégorie. Grâce à son passé impérial, il a donné sa langue à la globalisation. Sa civilisation, ses universités, son système juridique et sa démocratie parlementaire restent des références sur tous les continents. Il demeure la cinquième puissance économique du monde, Londres est devenu la première place financière et la première ville-monde. Ses forces armées, même affaiblies, sont parmi les plus respectées. Outre les attributs traditionnels de la puissance (diplomatie, économie, forces militaires et industries de défense), il a su briller dans les nouveaux moyens d’influence du monde globalisé qui relèvent du soft power : recherche et innovation, médias, économie digitale, attractivité pour les cerveaux et les entreprises, rayonnement culturel comme sportif.

Le 23 juin 2016, c’est ce pays qui a décidé de sortir de l’Union européenne. Le Brexit constitue un événement historique inédit : jamais un pays membre n’avait jusqu’ici décidé de quitter l’Union européenne, jamais un pays n’avait décidé de mettre un coup d’arrêt au processus d’intégration européenne et supranationale pour revenir vers une forme classique de souveraineté nationale. Le Royaume-Uni l’a fait en optant pour une rupture radicale, hors de l’union douanière et de l’Espace économique européens. Theresa May promet une Grande-Bretagne championne de la mondialisation, une « Global Britain ». Ses électeurs considèrent que, libérées des entraves bureaucratiques d’une Europe naviguant de crise en crise (euro, migrants, etc.), ses forces, qui ont si bien fait leurs preuves dans le passé, s’épanouiront.

La phase actuelle de négociations est en train de marginaliser mécaniquement Londres dans l’Union européenne. Mais qu’en sera-t-il demain dans le monde ? De quelle manière et à quel niveau le Royaume-Uni réussira-t-il à s’intégrer à l’ordre international après avoir quitté les institutions européennes ? Comment les autres acteurs globaux (États-Unis, Russie, Chine, Japon, Brésil, etc.) réagiront-ils ? Quelle sera la crédibilité internationale et militaire de Londres ? Son économie, qui subit les premiers contrecoups de l’incertitude où le pays est plongé actuellement, résistera-t-elle à l’aventure du Brexit ? Il faut bien reconnaître que les prochaines phases du Brexit, du moins ses scénarios les plus probables, posent question. Une transition de tout juste vingt-et-un mois dans l’Espace économique européen et dans l’union douanière vient d’être agréée. En cas de succès des négociations, le Royaume-Uni pourrait être lié à l’Union européenne et à ses partenaires mondiaux par un réseau d’accords de libre-échange ; en cas d’échec, par les règles de l’OMC. Ces deux situations présentent des risques importants pour son économie susceptibles d’affecter sa puissance militaire, voire son intégrité territoriale.

L’union européenne est souvent décrite comme un « multiplicateur de puissance » pour ses États membres, même les plus importants, qui n’auraient plus les moyens d’exercer seuls une influence sur la scène internationale, tant sur le plan politique et diplomatique qu’économique et commercial. Londres ne le nie pas mais estime que ce que le Royaume-Uni perdrait en quittant l’Union européenne serait compensé par une « souplesse et une agilité à réagir » qui lui permettrait de conserver son rang. Le Brexit représente un test grandeur nature de cette affirmation. S’interroger quant aux effets du Brexit sur la puissance britannique et la capacité du pays à rester un acteur global : telle est l’ambition de cette note.

Notre évaluation