Accord sur les migrants : l’Italie et l’Autriche, nouveaux chefs de file de l’Europe ?

Jean-Thomas Lesueur, délégué général de l’Institut Thomas More

          

29 juin 2018


Cette nuit, le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte semble être parvenu à imposer ses conditions lors des négociations sur les migrants. L’Italie est-elle en train de prendre un rôle de leader en Europe ?

Sur cette question, en effet. A la lecture du communiqué du Conseil européen, on trouve une inflexion, qu’on peut trouver trop lente bien sûr, dans le sens d’un durcissement de la réponse à la question migratoire. Dans le vocabulaire employé, on relève des euphémismes, des prudences, tout un champ lexical de pondération, mais il est notamment question du rôle des ONG, ce qui est nouveau. On assiste à une prise de conscience des peurs que suscite en Europe la question migratoire, et de la volonté de juguler les flux de la part des dirigeants européens. Et c’est assurément par l’Italie et l’Autriche que ces changements adviennent. On a beaucoup dit, hier soir, que le processus bloquait parce que l’Italie avait des revendications particulières qu’elle voulait voir prises en compte. Or c’est justement grâce au rôle de l’Italie que ce conseil a lieu et que la stratégie européenne de contrôle des flux commence à changer.

L’accord signé est-il significatif ? On voit que beaucoup de décisions reposent sur le volontariat des pays, notamment pour établir des postes de contrôle en dehors de l’Union européenne. Que va-t-il sortir de concret ?

Je pense que l’Italie va se sentir confortée dans sa stratégie de refus d’accueillir les navires de migrants. Concrètement, tout conduit à une décomplexion par rapport aux mesures de restrictions de l’immigration et d’interdiction d’accès aux ports nationaux. Malte en profitera peut-être aussi pour durcir d’accueil des navires de migrants.

Quant aux décision prises, elles reposent effectivement sur le volontariat. Lorsque l’on suit cela de près, rien de très neuf n’émerge de cet accord. Il s’agissait d’abord, pour les dirigeants européens, que ce sommet ne tourne pas au psychodrame : ça aurait pu bien mal finir ! Les partisans d’une politique migratoire ferme prennent la main, mais Bruxelles et pas mal d’Etats membres restent dans l’optique d’une politique européenne concertée. Toute la culture européenne est une culture de consensus et de compromis. Et cette recherche d’équilibre est fragile. Il n’y a plus que Macron, à la sortie du conseil, pour mettre en avant l’idée d’un « dialogue européen ». Les autres chefs d’Etat ou de gouvernement ont plutôt insisté sur la nécessité de tarir les flux migratoires.

La position de la France est quelque peu hypocrite…

Oui, c’est le triomphe du « en même temps »… Cela dit, Emmanuel Macron n’invente rien : François Hollande faisait la même chose, à savoir accueillir beaucoup moins de migrants que prévu sans l’assumer publiquement. Sur le fond, Macron est soulagé de ne pas avoir à assumer l’accueil de nouveaux migrants auprès de sa population, et publiquement il se targue de respecter les droits de l’homme et de bousculer l’Europe sur cette question.

Pourquoi les récalcitrants, comme l’Autriche ou la Hongrie, ont-ils signé l’accord, si ce n’est pour sa flexibilité et le flou qui entoure les décisions prises ?

Le fond de l’accord est assez peu contraignant, voilà le fond de l’affaire. L’Italie va par exemple pouvoir continuer sa politique de fermeté migratoire avec ce qui apparaît comme une forme de blanc-seing de la part du conseil européen. Politiquement, c’est une vraie victoire pour elle. Les Autrichiens ou les Italiens se rendent d’ailleurs compte que leur position est exactement celle attendue par les populations d’Europe occidentale. Cela constitue une situation politique inédite : la convergence d’un message porté par les dirigeants d’Europe centrale et italiens et des attentes d’une large partie de l’opinion des pays de l’Ouest. Politiquement, les résultats sont encore difficiles à cerner. Il reste que, sociologiquement et culturellement, les pays d’Europe de l’Est ont une influence considérable et portent une parole influente dans toute l’Europe. Ce qu’Angela Merkel et Emmanuel Macron sont obligés de prendre en compte.

Comment sera prise en compte la volonté de « trier » entre les migrants économiques et les réfugiés qui demandent l’asile ? Quels moyens seront mis en œuvre ?

Le « laboratoire » de cette mesure sera l’Italie. Il faudra installer de vrais moyens, des hommes, du matériel et des procédures, notamment à la frontière entre la Libye et le Niger. Et l’enjeu portera sur la durée des procédures, qui doit passer de plusieurs mois à seulement quelques semaines. Mais il va sans dire que les migrants n’iront pas s’arrêter volontairement à ces postes de tri… Un Sénégalais de vingt ans, par exemple, qui tente d’atteindre l’Europe ne fuit ni la guerre, ni aucune persécution, ni même la famine, il n’a donc pas de moyens légitimes d’obtenir l’asile : il ne s’y présentera pas de lui-même.

Il faut ainsi mettre les moyens pour obtenir une vraie politique migratoire européenne et renforcer le mécanisme de garde-frontières européens. Ce qui demanderait un coût de plusieurs milliards : l’Union européenne sera de toute façon amenée à dépenser beaucoup d’argent pour mettre au point cette politique réclamée par les peuples… Car raccompagner un clandestin à la frontière coûte cher.

Et que deviendront les migrants des navires de sauvetage en mer affrétés par les ONG ?

C’est la première fois que le sujet est évoqué dans les conclusions d’un conseil européen. Je pense que, pour un pays comme l’Italie, cela ouvre la possibilité de mieux contrôler ses eaux, voire d’aller intervenir au plus près des ports libyens pour bloquer les passeurs ou les ONG en mettant ensuite ses partenaires devant le fait accompli. L’Italie aurait d’ailleurs l’aval des populations européennes en recourant à ce genre de démarche. Cet accord européen pourra créer un socle d’action pour que l’Italie monte d’un cran dans sa politique migratoire. Le climat européen et les mentalités changent énormément : nous sommes à un moment de rupture, notamment par rapport au renvoi des migrants. Il y donc aussi un problème de droit qui doit être posé…